Let The Sky Fall, tome 1




Résumé :


Personne ne s'explique que Vane Weston ait pu survivre, enfant, à l'ouragan qui a tué ses parents. À son réveil, étendu parmi les débris laissés par le passage de la tempête, il n'avait pas le moindre souvenir de son passé – à l'exception du beau visage d'une fillette ballotée par les vents. Malgré les années qui passent, elle rend de temps en temps visite en rêve au jeune homme, qui s'accroche à l'espoir qu'elle ne soit pas qu'un fantôme. Il ne croit pas si bien dire. L'inconnue, Audra, est un être de chair et de sang, mais elle n'a rien d'humain. C'est une sylphe, une créature liée au vent, qu'elle sait manipuler pour voler dans les airs, transmettre des messages ou livrer bataille. Sa mission ? Le protéger. Malheureusement, l'histoire se répète : une maladresse et Audra révèle à leur pire ennemi l'existence de Vane. Celle qui vient peut-être de causer sa mort est aussi son seul espoir de survie : le jeune homme n'a que quelques jours pour comprendre qui il est vraiment ou c'est la mort qui l'attend. Les nuages s'amassent à l'horizon, et un vent mauvais balaie les sables du désert... Survivront-ils à l'orage qui se lève à l'horizon ?

Avis :




Nous faisons la connaissance de Vane un jeune ado de 17 ans qui, 10 ans plutôt, a réchappé à l’ouragan qui a tué ses parents et dont le seul souvenir qu’il a est le visage d’une fillette qui le hante depuis. La fillette en question n’est autre que Audra une Sylphe qui à cause d’une boulette vient de révéler la localisation du jeune à leur pire ennemis, de ce fait elle va devoir se révéler à lui et lui en apprendre plus à son sujet et surtout lui apprendre à se battre pour pouvoir survivre à la tempête qui arrive.
Ce roman a été une agréable découverte, la mythologie développé ici est originale qui nous sort des schémas habituels, même si j’ai trouvé qu’elle n’était pas assez développé à mon goût.
J’ai bien aimé les personnages avec une petite préférence avec Vane qui apporte une pointe d’humour malgré tout ce qui lui tombe sur la tête. Audra n’est pas en reste, elle est touchante et attachante avec ses doutes et ses peurs qu’elle cache sous sa force et son sens du sacrifice.
L’écriture de Shannon Messenger est toujours aussi agréable, malgré quelques longueurs, les pages se tournent d’elles mêmes.
En Bref, une lecture agréable avec une mythologie originale et j’ai hâte de voir comment cette saga va évoluer.




You May Also Like

2 commentaires

  1. Une lecture qui a l'air vraiment sympa et que j'aimerais découvrir ton univers. Ton avis m'en conforte.

    RépondreSupprimer
  2. Shannon Messenger est une auteur qui me fait très envie. Mais je pense que je commencerai avec les Gardiens des Cités Perdues.

    RépondreSupprimer